Conduite de Grenoble

Rares sont les villes qui ont donné leur nom à une expression dans laquelle la mention n’a pas de valeur de nom propre géographique mais s’intégre à une locution valant un nom commun.

L’origine de l’expression conduite de Grenoble fait l’objet de discussion.

– Est-ce lié à la culture du compagnonnage ?
– Y-a-t-il un rapport avec le Duc de Lesdiguières ?
– L’expression vient-elle du sort qu’ont réservé les grenoblois au 35e régiment de ligne lors de leur dispute avec Casimir Périer ?

Si vous avez des pistes, n’hésitez à en faire part.

Un commentaire à propos de “Conduite de Grenoble

  1. Voici ce que j’avais comme info pour ma part :

    {Source : Expressions populaires de Frédéric Delavenage}

    {{Une conduite de Grenoble}} :
    faire à quelqu’un la conduite de grenoble, c’est le ramener à la porte sans ménagements en l’accompagnant au besoin de quelques invectives et de coups.

    On raconte que le maréchal de lesdiguières, nommé gouverneur du Dauphiné par Louis XIII, se présenta dans la capitale sans prévenir. Les grenoblois surpris le reçurent à coups de pierres et de bâton et le reconduisirent hors des murs sous les huées.

    On attribue la même malencontre à Pierre Richelet qui, environ trente ans plus tard, dans son {Dictionnaire français}, maltraita quelque peu les grenoblois. Ceux-ci, en réponse, le sortirent énergiquement de leur ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *