Jean Dréjac

Jean Dréjac (1901-2003) est fils de gantier. Il est donc né à Grenoble sous le nom de Jean Brun.
A dix-sept ans, il entame sa carrière dans la chanson en participant à un groupe amateur grenoblois. Il enchaîne ensuite le Petit Casino, Les Folies Bergères, …

Il passera à la postérité grâce à ses grands succès :

– «Ah! Le petit vin blanc»
– «Le petit bal du samedi soir»
– «Les quais de la Seine»
– «Maman, vous êtes jolie»
– «L’amour vient de naître»
– «Ainsi va le destin»
– «Le chemin de forains»
– «L’homme à la moto»
– «Sous le ciel de Paris».

Plus d’infos sur la brillante biographie de ce grenoblois.

Voir d'autres raisons dans la catégorie Culture.

3 commentaires à propos de “Jean Dréjac

  1. Il faut préciser qu’un Hommage avait été rendu à Jean Dréjac au Jardin de Ville le 26 juillet 1997. Michel Legrand, Marcel Amont, Romain Didier, Raymond Sciré, Michèle Gallino et « Rue Boireaud » avaient interprété Jean Dréjac avant que celui-ci monte sur scène pour chanter également et terminer, devant une foule debout, avec « Le Petit vin blanc »…
    On attend donc que la Ville de Grenoble donne le nom d’une place, d’une rue, d’un bâtiment à celui qui était né Quai de France et laissait toujours un coin dans son coeur pour Grenoble
    J.L.

  2. Au lieu de dire « créateur de rengaines » il est plus juste de nommer celui qui a écrit « Edith », « Comme elle est longue à mourir ma jeunesse », chantés aussi par Reggiani et Legrand : « auteur, compositeur, et interprète » de chansons connues dans le monde entier…
    La rectification s’impose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *